M Sempastous élu à l’Assemblée Nationale est dans l’obligation de quitter tous ses mandats exécutifs comme la Loi l’y oblige, dont celui de Maire de Bagnères. C’est ce qu’il a fait en officialisant sa démission lors du conseil municipal du 20 juin. Que prévoit la Loi dans ce type de situation ? Tout simplement qu’un nouveau Maire doit être élu par les conseillers municipaux à la majorité absolue. N’importe quel conseiller municipal a le droit et la faculté de se porter candidat. Cela, c’est le texte.

Mais la réalité est tout autre, surtout à Bagnères. En effet, à notre grande surprise, alors que le Conseil Municipal prévu pour cette élection doit se réunir le 30 juin, un hebdomadaire local annonce en Une le 22 juin, que M Cazabat sera élu Maire de Bagnères. Soit le journaliste lit dans les entrailles de poulet, soit la démocratie locale est dans un tel état que les élections n’ont plus aucune importance ! Nous opterons davantage pour la seconde hypothèse, au vu de ce que M Sempastous déclarait dans la presse locale, à savoir que s’il était élu député, « il proposerait la personne pour continuer à gérer les intérêts des citoyens bagnérais ». Sans remettre en cause les compétences en la matière de M Cazabat, il nous aurait semblé judicieux de maintenir au moins un semblant de démocratie et attendre la tenue du dit-conseil pour annoncer le vainqueur !

Que la population française déserte les urnes comme elle le fait de façon croissante, ne semble pas modifier le moins du monde le comportement de nos représentants locaux qui continuent, comme dans le bon vieux temps, à passer outre tout respect des règles démocratiques les plus basiques. Nous ne nous leurrions pas sur le résultat du vote, mais ce qui nous alerte, c’est que le pouvoir même local, ne prend même plus la peine de donner le spectacle de la démocratie (car c’est bien de spectacle qu’il faut parler). Et c’est par la presse que les conseillers municipaux apprennent pour qui ils vont devoir voter à cette élection du nouveau maire.

Très clairement, les élus du front de Gauche condamnent ces pratiques qui sont bien loin de notre conception de la démocratie locale !